Paroles

Quelques uns de nos titres...

ON VA TOUS Y PASSER

On va tous y passer !
La fille du Père Noël …. Lola de la rue cuvier
Médor, polichinelle … on va tous y passer!
Les gorets du 16ème … les Apollons musclés
Même toi, qu'a celle ne tienne … on va tous y passer
Cendrillon, la voisine…. Y a pas de quoi pavoiser
Retrousse bien tes babines ….et tu vas y passer
Les accros du train-train…. Vendeuse de crème glacées
T'es tranquille dans ton coin ……. Mais tu vas y passer

On va tous y passer… 0n on …on va tous y passer
On va tous y passer… 0n on …on va tous y passer

Momo le garçon d'étage … Bébert le vieux routier
L'as de pique les rois mage … on va tous y passer
Huguette et ses oiseaux … Anatole et André…
Les blasées les schizo... On va tous y passer
Même si t'as rien à dire … si t'es le dernier de cordée
Ou le premier à en rire … on va tous y passer
Les rats les chiens les blattes... Entarteurs, entartés
T'es peinard dans ton squat… mais tu vas y passer.
Cherche pas à résister … tu l'aura ta ration
On va tous y passer … à la télévision
T'a eau filer tracer.. Jouer les caméléons
On va tous y passer… à la télévision !

A la télévision…. A la télévision
A la télévision…. A la télévision

La gloire est minutée….. un quart d'heure et je te zappe
Dés que tu sera passé … tu passeras à la trappe!
Une réaction en chaîne…. Qui veut nous enchaîner
Fais moi passer l'antenne… on veut tous y passer

On veut tous y passer… à la télévision
On veut tous y passer… à la télévision
On veut tous y passer… à la télévision
On veut tous y passer… à la télévision

MA GUEULE D'ENTERREMENT

J'ai du pognon mais le temps passe Et me repousse dans l'impasse.
J'ai connu la gloire, les galères... Le paradis, l'enfer.
J'ai jamais refusé l'contact Ca laisse des traces et quelques tics
J'comptais pas m'en tirer intact mais J'me trouve la gueule de Moby Dick.

T'en fais pas, dit l'docteur, j'ai toute ma panoplie Pour trafiquer l'compteur, regonfler tous ces plis

Refrain :
Ma gueule d’enterr’ment refaite entièr’ment Le nez, les sourcils, même le sex-appeal.
Ma gueule au rabais pour les quolibets, Exit la tonsure, les poignets d’amûûûrs.
Ma gueule de sale type tendue comme un slip Garantie peau d’fesse, lisse pour la tendresse
Ma gueule en sursis, refaite à l’enduit, Sculptée au scalpel, cobaye et modèle.

J'arrive dans une tranche d'age étrange, J'peux pas dire qu'ça m'arrange;
Pas mal de vécu et de piges  A vous fout' le vertige.
J'arrive encore à voir mes pieds Mais j'peux plus lacer mes souliers.
J'ai réussi dans les affaires, J'avais l'œil exercé, le flair.
J'suis docteur et j'te sermonne : Votre état me chagrine;
Laissez-moi faire bonhomme, vous aurez meilleure mine

Refrain

PAUVRE LOLITA 

Où sont les habits sexys Qui vont avec le succès
Qui viennent avec les soucis Que le désir à fixés ?
T’es montée sur le podium Dévorer le beau micro
Et refléter dans les chromes Ta frimousse à peine ado.
T’as décroché le ticket, L’aller simple pour la gloire ;
Papa maman sont O.K. ; Toi aussi tu cries victoire !
Le compte à r'bours est parti ; Fais leur vite un numéro.
Après l’quart d’heure de folie,
Révérence et puis rideau !

Refrain :
Pauvre Lolita… la, la, la… Pauvre Lolita !
Voilà l'enfer disait la pub !
Quand Lucifer écrit des tubes
Ca fait tanguer le creux des reins
Et rouler les yeux des marins.


On t'a si vite oublié, Tu sors du cortège en douce ;
L'enterrement dont tu rêvais Avait la foule à ses trousses.
Il te reste un magasine Où tu disputais la une
A la jolie Mélusine ; Aussi blonde que t'étais brune !
L’espoir te colle à la peau ; Dès que le téléphone sonne
Sur tes joues coule un ruisseau, Dans ton cœur le vent frissonne !

Refrain

ST VALENTIN

Le jour de la St Valentin, je m’pointe avec un bouquet d’fleurs,
Trente-six mille tonnes de baratin, un tambour à la place du cœur.
J’sonne au hasard chez la voisine qu m’a jamais r’gardé la gueule.
Elle ouvre en peignoir ; j’hallucine ! en m’grattant poliment les meules.
J’y dis qu’j’réclame le droit d’asile. Elle me demande si j’suis pas fou ?
Son mari rentre à midi pile et il est pas cool pour deux sous !

Refrain :
Saint Valentin sans Valentine, demain jusqu'à ce que le soleil brille
Saint valentin sans Valentine, tu vas dormir sur la béquille

Chez la voisine de ma voisine, en gros, ma voisine par alliance
Y a une fille qu’on appelle Rosine… En vrai c’est Robert ; j’ai pas d’chance !
Le vent souffle sur mon bouquet, un peu, beaucoup, à la folie,
Tell’ment qu’y r’semble à un poulet… déplumé après l’agonie !
Je chausse, discret, mes lunettes noires ; en février, ça fait désordre.
J’erre au p’tit bonheur du hasard, les dents serrées pas l’envie d’mordre. 

Refrain

J’croise une pépé près d’un pylône, qui a l’air d’se g’ler le fonds d’commerce ;
C’est pas trop l’genre de la Sorbonne ; j’lui fais la cour, tout en finesse !
Vous habitez chez vos parents ? C’est à vous ces doux yeux de braise ?
J’voudrais pas paraître insolent ; Quelle heure est-il, quand es-ce qu’on baise ?

Allez branche, la branche, la branche la… c’est dur, dur, dur, dur, dur
Allez branche, la branche, la branche la… c’est dur, dur, dur, dur, dur
Allez branche, la branche, la branche la… c’est dur, dur, dur, dur, dur
Le jour de la St Valentin, j’ai eu ma ration de gigot.
Allez branche, la branche, la branche la… c’est dur, dur, dur, dur, dur
Pour la tendresse, j’ai fait Tintin ; ça m’a coûté cinquante Euros !

Refrain

LE PIRATE INFORMATIQUE

J’aurais voulu courir le monde, défier la mort sur un vaisseau…
Croiser le fer dans les rotondes et boire le rhum à pleins tonneaux…
J’aurais fendu les océans, pillé les caps, les péninsules,
Croisé le Hollandais volant, les sirènes, les piliers d’hercule

J’aurais pissé dans toutes les mers du globe,
Pour soulager les trop-pleins de mon zob !
J’suis pas du bois dont on fait les Atlantes,
Du coup, tu vois, j’me tape une île flottante !
J’ai jamais vu le soleil des tropiques…
J’suis qu’un pirate informatique !

J’aurais hissé l’pavillon noir de Concarneau jusqu’aux Antilles
Des quarantièmes à Gibraltar sur mon rafiot de pacotille.
J’aurais fait trembler les english dans leurs salons à Buckingham,
Ma gueule de rat en haut d’l’affiche, sous-titrée : Piquez-lui ses rames !

J’aurais fait boire les filles de La Rochelle
Comme-ça histoire de leur rouler des pelles !
J’ai fais une croix devant l’embarcadère ;
Du coup, tu vois, ma vie c’est la galère !
Sacré destin, t’as bien coupé la chique…
Au pauv’ pirate informatique !

Un jour, je mettrais les voiles, sous un ciel gorgé d’étoiles…
Ma baraque pour une barrique… finit l’pirate informatique !
J’aurais troqué l’plancher des vaches pour le pont d’un fameux trois-mats…
Sans but précis ni port d’attache loin de mon p’tit panorama !
J’aurais fini au bout d’une corde comme finissent tous les mécréants ;
Implorant la miséricorde du dieu païen des océans !

J’aurais saoulé les filles de Saint-Malo
Pour leur chiper leurs strings et leurs maillots.
J’suis planté là, rigole pas, c’est pas drôle !
Du coup, tu vois, ça m’fais une belle guibole… de bois !
Sur Internet souffle un vent de panique…
C’est moi l’pirate informatique !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site